Mon petit fils est diabétique de type 1 dépendant à l'insuline

-
j ai mon petit fils qui va avoir 6 ans est diabétique depuis presque 2 mois , du jour ou je l ai apris ma vie à totalement basculée , je ne vis plus , je suis dans une angoisse permanente , j ai tellement entendu de choses sur cette maladie que je ne sais plus quoi penser , je laisse meme mon portable allumée la nuit pour que ma fille me prévienne au cas ou . elle meme essaye de me rassurer , elle est une mère formidable , avec tellement de courage , j aimerai en avoir comme elle , je n arrive plus à trouver le sommeil , que faire, je ne le montre pas à ma fille car je ne veux surtout pas lui rajouter un fardeau , je ne sais plus comment réagir , dés qu il a un petit bobo je suis aux aguets , j aimerai pouvoir parler à des personnes qui rencontre la meme maladie , merci pour votre aide .
Afficher la suite 

Votre réponse

1 réponse

+1
Utile
jocelyne bonsoir, en lisant votre message je ne pouvais être insensible. en effet, il y a 16 ans, en pleine adolescence (14 ans, et dc aujourd"hui la trentaine) j'ai appris que j'étais atteinte de diabete insulino dependant et que j'allais devoir faire avec coûte qu coûte. surtout même si ce n'est pas évident, ne pas trop se focaliser sur la maladie et l'enfant, au risque de l'étouffer (je n'ai pas dit que cela est facile, dixit mes parents). il y a forcement un conflit avec cette maladie viscieuse, qui ne se voit^pas mais qui doit être traiter comme il se doit. pour les parents, gds parents, c'est dur aussi, pour les parents cette culpabilité que vous vous inculquer alors que ce type de diabete n'est pas hereditaire mais plutôt génétique, c'est une prédisposition à la naissance, un gene qui est là et qui se developpe ou non. Ne pas trop chercher de pourkoi, comment, car malheureuseement il n'y en a pas. pour ma part j'etais une ado qui au contraire ne mangeait rien, aucune sucreries, avec une volonté de fer, et c'est tombé sur moi. en tous cas, il est vraicomme je le dit toujours qu'on ne peut accepter l'inacceptable, et que les coups de blues sont bien là, à des périodes de la vie. Mais de cette maladie, non voulue, on en ressort grandi, peut être plus mûre plus tôt (bien et pas bien). il faut se dire qu"'il y a pire mais qu'il y a mieux. aujourd'hui, bcp de moyens sont mises en place pr faciliter le quotidien et les traitements sont souples, votre petit fils est-il sous pompe à insuline? pour ma part après 15 ans d'injections (seringues puis stylos) j'ai été contrainte de me faire poser une pompe car je suis enceinte. j'étais très réfractaire. en attendant, mise à part le fait d'avoir tjrs quelque chose avec vous, les taux sont meilleurs et la liberté de spontaneité plus grande. pour un enfant, comme par exemple pr ces gouters, cela peut être une bonne solution, plus besoin d'une injection pour manger à 4h comme les autres. ceci est un exemple. en tous cas, essayer d'être toujours positive vis à vis de votre petit fils et votre fille, ça aide à avancer sans négliger le fait que le diabete est bien là. comme je le dis, ça fait partie de nous une fois qu'on là apprivoiser- parfois il faut du temps... en tous cas, rien d'impossible, j'ai traversé la tempête de l'adolescence avec, puis le bac, le permis de conduire, les rencontres amoureuses, et aujourdui j'attends une petite fille qui devrait arriver ds 5 jours (declenchement de part le diabete). si vous avez ce mail à temps sachez qu'aujourdhui se tient la journée mondiale du diabete, tous les 14 novmebre et que vous avez un salon jusquà dimanche au cnit de paris. pour votre petit bout, si vous avez besoin de soutien autre c'est l'ajd vers qui il faut se tourner association des jeunes diabetiques comme je vous le disais mon diabete m'a rendu plus forte et m'a permis d'entreprendre des choses que je n'aurais pas entrepris. en effet, j'ai écrit un livre, Diabete pour la vie (stephanie valet), mon nom de jeune fille qui est sorti en 2005, vous pouvez le trouver sur le site de la fnac ou autre, et ensuite sur commande. voilà une des choses dont je suis fiere même si je n'ai pas écrit ce bouquin pour la gloire !!! juste une sorte peut être de thérapie mais aussi pour montrer aux autres ado et parents, et proches qu'on peut s''en sortir même si il y a des nuages ds le ciel. c'est un temoignage autobiographique qui met en avant la vie avec le diabete, l'annonce, le choc, les ressentis des parents, et la suite d'une vie à jamais chamboulée à cause de ce petit "diablotin" comme je le surnomme. ne baissez pas les bras, surtout pas et voyez comment lui réagit face à sa maladie, si il la comprend, si c'est trop tôt. il y aura forcément des périodes de blues, mais il peut vivre presque comme tout le monde si il arrive à bien gérer sa maladie et ça c'est primordiale. en être responsable pour ne pas se laisser envahir. voilà mon petit roman... d'où êtes-vous? dans l'attente de vos nouvelles si vous le désirez a bientôt amicalement, stefanie
j'ai compris ce qu'une telle maladie signifiait pour la famille une fois que je suis devenue mère.
J'ai eu mon diabète à 6 ans également, j'en ai 49, j'ai deux enfants de 29 et 26 et je suis en pleine forme. Les médecins disent même que mes résultats sont ceux de personnes normales, à part l'HbA1c un peu plus élevée bien sur. Les enfants ont un pouvoir d'adaptation étonnant. Ma mère était inquiète pensant que je ne pourrais pas avoir d'enfants, dommage elle n'a pas eu le temps de voir. C'est une maladie qu'on ne peut pas oublier, mais on vit très bien avec et franchement il y a bien pire, c'est ce que je me dis quand j'en ai un un peu assez Mais en voyant l'année de votre message, j'arrive certainement un peu tard. Je pense qu'il faut écouter quand il en a ras le bol, ça arrive et c'est normal.
Pompe ou injection, tout dépend de ce que conseil le diabétologue.
Pour ma part je n'ai jamais voulu de pompes, mais les diabétiques qui en ont en sont ravis.
Bon courage à vous, et à votre petit fils et à ses parents.
Commenter la réponse de Utilisateur anonyme